La Belle au Bois Dormant.

Il était une fois, perdue au fin fond d'un manoir breton...

Sous les jupes des filles.

Tout commence durant les froides journées d'hiver d'un mois de décembre 2013.

Il fait froid, il pleut, et j'enchaine les journées de 10- 13h de mécanique non stop dans le hangar où il ne doit pas dépasser les 5°C. Mon récent temps libre me permet de remonter complètement une GS Pallas, et de démonter une GSA qui attendait depuis des années. Cette dernière, cas exceptionnel, a une jupe en superbe état ce qui m'incite à aller voir le garagiste Peugeot du coin afin de faire estimer une peinture. En effet, je n'ai entendu que du bien du travail de son peintre. Le garagiste reconnait là une jupe de GS, et m'indique qu'il en a vu une à vendre dernièrement sur les petites annonces du Bon Coin. Ayant assez à faire, je ne m'en souci guère sur le coup...

Une dizaine de jours s'écoulent, et me voilà à chercher des pièces sur Le Bon Coin, espérant récupérer un rétroviseur d'occasion pour faire passer le contrôle technique à la GS Pallas. Je tombe alors sur l'annonce dont parlait le garagiste Peugeot. Effectivement ce n'est pas loin du hangar, pourquoi ne pas y aller, je pourrais faire des photos et en parler aux copains, c'est assez rare comme ça, autant jeter un œil.
Annonce_LBC.png

Rencontre du 3ème type.

Il était temps de mettre une référence de geek dans ce billet: ça, c'est fait !...
Je contacte donc la personne mentionnée sur la petite annonce. On convient d'un rendez-vous rapidement puisque les fêtes de fin d'année arrivent à grand pas. Et me voilà partie visiter cette étrange voiture. Sur les photos de l'annonce on remarque:

  • qu'il s'agit d'une GS série 1 avec tachymètre type "pèse personne".
  • qu'elle possède le compte-tour: c'est donc une finition Club.
  • qu'elle est stockée à l'abri, et sous couvertures.
  • le volant est abîmé, mais pas pustuleux comme dans 99% des cas: peut-être n'est-elle pas trop kilométrée ?...


Le jour du rendez-vous, je découvre la propriété. Une allée nappée des couleurs d'automne m'accueille sous le soleil de décembre.
711311Allee.jpg

Le véhicule dort dans une dépendance d'un vieux manoir médiévale depuis 1988. Il n'a jamais repris la route depuis, même si des tentatives de redémarrage ont été faites. La propriétaire m'explique qu'il y a un problème de suspension avant et d'essence, et me présente quelques papiers et prospectus d'époque, avant de m'emmener voir la voiture. Elle repose dans la grange affaissée sur ses roues.
534198webGSsouscouverture.jpg

Pour la découvrir, j'aide à enlever les couvertures épaisses qui sont recouvertes de poussières et de toiles d'araignées. Ce "linceul" donne un côté lugubre à la scène... Une fois retirées je découvre une magnifique GS break, étonnamment bien conservée. La porte arrière est abîmée depuis peu lorsque le petit tracteur de la propriété est venu la racler. Le reste visible de la carrosserie semble en parfait état.
694229AileAR.jpg

Détails qui ne trompe pas pour l'année-modèle: feu Cibié de type "kangourou". On voit encore les deux ampoules jaunes à l'intérieur

484872webIMG0152.jpg

Je demande à inspecter les entrailles de la bête. Je soulève le capot et découvre un compartiment moteur fort sale. L'annonce laissait pourtant présager d'une voiture peu kilométrée pour son âge. Durant l'observation, je mets un certain temps à m'apercevoir que le bocal de LHM est celui des premières générations de GS. Il est reconnaissable à sa forme de "boîte de conserve", emprunté à la DS. Effectivement n'oublions pas que la GS est le second modèle hydraulique chez Citroën (si on excepte le train arrière des Tractions oléopneumatiques).
645764webIMG0150.jpg

La plaque moteur indique G12/612, il s'agit du fameux 4 cylindres à plat refroidi par air de 1220cc de 60 chevaux.
En y regardant de plus prêt, je m’aperçois que les passages de roues sont encore boulonnés et non soudés. Tout concorde donc pour indiquer qu'il s'agit d'une GS première série.
562229webpassageroueboulonne.jpgLa propriétaire m'a bien dit que la voiture ne démarre pas.
En l'état il m'est donc impossible de voir le dessous du véhicule puisque sans tourner elle ne peut pas se lever. L'autre soucis, qui n'est pas des moindres, c'est l’absence de carte grise... Peu importe, cette incroyable découverte doit être préservée... Avant de penser aux problèmes administratifs, c'est la logistique et le temps nécessaire à un éventuel rapatriement qui m'inquiète. Je suis tout seul ici et surtout ce break va-t-il redémarrer un jour ?

Haut de page