Sortie de grange

Arrêté depuis 1988, un Break GS découvert par hasard dort dans une dépendance d'un vieux manoir breton. La voiture ne démarre pas, et pourtant il va bien falloir si on veut la sortir de là !

La remise en route.

Pour tenter de rapatrier cette voiture, il est nécessaire de mettre les copains à contribution. François accepte de venir m'aider un week-end pour un redémarrage dans les règles de l'art. On ne réveille pas une grand-mère de 40 ans arrêtée depuis 25 ans sans précautions d'usage.

Afin de faciliter la remise en route et de mettre toutes les chances de notre côté, la propriétaire de la GS accepte que le jour du redémarrage nous fassions de la mécanique dans sa grange. En effet, il faut prévoir les vidanges moteur + boite ainsi qu’une révision sommaire pour faire les quelques kilomètres séparant la voiture de son futur lieu de stockage.

Dans les faits il nous aura fallut deux week-ends pour la rapatrier. Lors du premier la voiture n'a redémarré qu'en fin de journée. Il n'était donc pas question de rouler la nuit tombante. Rendez-vous est pris pour après le réveillon de la Saint-Sylvestre 2014...

Arrive le jour J. Tout d'abord on regroupe les pièces de rechanges avec le matériel nécessaire: 664182DSCF0024.jpg

On décharge tout devant la grange: 763109Twingo.jpg

Le Break BX de François est mis à contribution. Clin d’œil de la génération suivante (1982) venant aider la génération précédente (1970). 12 ans séparent ces deux véhicules et à l'époque on voyait encore les évolutions entre deux modèles. 723865webIMG0155.jpg

Moteur, action !

La première chose à faire est de mettre toutes les chances de notre côté pour le démarrage. La GS Pallas Blanche étant fraîchement opérationnelle, elle sert de donneuse d'organe pour l'opération. Je lui démonte sa bobine d'allumage neuve, ses fils de bougies neufs, j'emmène des bougies de rechanges, un module d'aide à l'allumage, au cas où le condensateur de la bobine serait mort, mais aussi des sphères de rechanges et des bidons de 5L de LHM.

Inspection de la voiture: c'est gras sous le capot. 897288webIMG0145.jpg

Les bougies semblent en bon état, on décide donc de ne pas les remplacer. Moins on les manipule mieux c'est: ça réduit les risques d'arracher le filetage des puits de bougies si l'une d'entre elles viendrait à être trop collée... 842062webIMG0154.jpg

On contrôle ensuite l'état de la culbuterie en ouvrant les couvres culasses supérieurs. C'est primordial et accessible, donc pourquoi s'en priver ? L'idée est de vérifier la présence éventuelle d'oxydation, et surtout de pulvériser directement de l'huile moteur sur les culbuteurs et leurs axes sans attendre que la pompe à huile veuille bien se réamorcer. Il faut que la lubrification soit efficace dés les premiers toussotements du moteur. De cette manière on évite de détériorer inutilement le revêtement de surface de la culbuterie. A notre grande étonnement non seulement la culbuterie est comme neuve, mais surtout il n'y a aucun dépôt de boue. Le moteur semble avoir été arrêté il n'y a que quelques semaines seulement. 673598webIMG0158.jpg

Maintenant il est temps de refermer tout ça, de faire le niveau d'huile, et de préparer le redémarrage. Une fois tournante, la voiture pourra se lever, ce qui nous permettra de la mettre sur chandelle pour sécuriser l'accès sous le véhicule, et faire les vidanges en toutes sécurité...

Ce second redémarrage est laborieux cette fois-ci. Le démarreur n'est pas coopératif car le solénoïde se déconnecte régulièrement et désamorce l’entraînement du moteur. Ensuite après plusieurs toussotements infructueux, il a fallu se résoudre à ouvrir le carburateur et souffler les gicleurs à la bombe de dégrippant et de nettoyant frein (nous n'avions rien d'autre sous la main). On retente ensuite de démarrer. Le moteur est alimenté par nourrice avec un jerrican de Sans Plomb 98 directement branché sur la pompe à essence. Les durites sont neuves bien sur: pas question de subir un départ de feu à cause d'une durite cassante ou poreuse ! Quand on y pense cette voiture n'a jamais goûté au sans plomb. 144854webIMG0161.jpg

Heureusement les efforts finissent par payer. En ce mois de janvier 2014, cette GS break tousse, s'ébroue, et démarre. Le 4 cylindres à plat refroidit par air tourne sans faire de bruit suspect c'est fantastique !!! Maintenant Madame GS va-t-elle daigner se lever ?

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://macitroengsbreak.club/blog/index.php?trackback/3

Haut de page